Le rialto

 

retour au programme ...

EDWARD L. CAHN
L'Empereur du Drive-in

Extraterrestres alcooliques, zombies atomiques, créatures femelle hideuses, Pierre-Henri de Castel Pouille est fier de vous présenter : Edward L. Cahn ! Oublié par les encyclopédies de cinéma, méprisé par les critiques de lépoque, Edward L. Cahn aura pourtant tout fait : westerns, polars, films de guerre, science fiction, horreur, comédies... Tout y passe pourr ce boulimique de la pellicule qui réalisa plus de 70 films en 30 ans de carrière !!!

Edward L. Cahn naquit en 1907 à New York. Après avoir été monteur à la Universal, il réalisa en 1931 son premier long métrage (Homicide squad), il n'a alors que vingt-quatre ans. Occupant les vingt-cinq années qui suivent à diriger des polars (Emergency call, Confidential) et des westerns (dont le, paraît-il, très réussi Law and order), notre homme devient franchement intéressant en réalisant en 1955 le fameux Creature with the atom brain. Un petit film fort sympathique (écrit par le romancier, scénariste et réalisateur Curd Siodmak) où des zombies atomiques sont utilisés par des gangsters pour détruire leurs ennemis. Lannée d'après, Cahn réalise The she creature, une histoire où hypnose et monstre amphibien à forte poitrine se mêlent allègrement ! Monstre qui servira à nouveau la même année dans un autre film de Cahn : Voodoo woman.

Entre 1956 et 1963 (l'année de sa mort), cet artisan du cinéma est pris d'une véritable frénésie incontrôlable, et réalise pas moins de 45 films. En calculant juste, ça fait tout de même un film tous les deux mois ! Notre homme continue donc à nous donner de petits bijoux comme : Invasion of the saucer men en 1957, Girls, guns and gangsters -avec l'opulente Mamie van Doren-, Dragstrip girl -avec Frank Gorshin, futur The Riddler dans la série Batman de 1966-, et bien d'autres encore (Zombies of mora tau, Shake, Rattle and roll... À signaler l'étonnant cas de It ! the terror from beyond space (1958) dont Ridley Scott tira, à la fin des années 70, un remake inavoué : Alien (déjà à moitié repompé sur Planet of the vampires de Mario Bava !). Décrié tout au long de sa carrière, E. L. Cahn fit pourtant tout au long de sa vie son boulot de réalisateur, tournant film de commande sur film de commande, travaillant sur des petits budgets pour toutes les maisons de production de l'époque, et rendant en temps et en heures de sympathiques petites séries B tout à fait charmantes.

Pierre-Henri de Castel Pouille (le vrai)

[ chronique d'invasion of the saucer man ]